Lutte contre les violences sexistes et sexuelles : des financements supplémentaires

Par Véronique Zeller le 16 décembre 2021

lecture 6 min.378 vues

Le projet « Renforcement de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles au sein des établissements du site strasbourgeois » présenté par l’Université de Strasbourg, l’INSA Strasbourg et la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU) est l’un des 50 projets retenus par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Ce résultat fait suite à l’appel à projets « soutien aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles ». Il permettra la mise en place de formations afin d’améliorer l’accueil de la première parole et la prise en charge des victimes et témoins.

Annoncé le 15 octobre 2021, le plan national d’actions contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche a pour objectifs de renforcer et d’inscrire dans la durée les actions du ministère de l’Enseignement supérieur, de la
Recherche et de l’Innovation dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. L’appel à projets « Soutien aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles », lancé en juillet par le ministère
est une des concrétisations de ce plan. Il a pour enjeu principal de rendre visible et d’améliorer le fonctionnement des dispositifs de signalement des actes de violence, de discrimination, de harcèlement et d’agissements sexistes sur l’ensemble du territoire national.

Le comité de sélection, composé d’inspecteurs généraux, de conseillers scientifiques et de personnels du ministère, s’est réuni le 12 octobre 2021 et a retenu 50 projets en veillant à ce que ces derniers couvrent l’ensemble du territoire. Ces 50 initiatives disposeront d’une enveloppe globale d’un montant de 727 600 €. L’Université de Strasbourg, l’INSA Strasbourg et la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU) disposeront de 39 000 . Cette enveloppe viendra notamment soutenir les actions du dispositif de lutte contre les violences
sexistes, sexuelles et homophobes de l’Université de Strasbourg qui existe depuis 2018, ainsi que les actions de formation et de sensibilisation des personnels et étudiants de l’INSA Strasbourg déjà déployées depuis trois ans.

Pour une meilleure prise en charge des victimes et témoins

Le projet intitulé « Renforcement de la lutte contre les Violences Sexistes et Sexuelles (VSS) au sein des établissements du site strasbourgeois » vise à améliorer la prise en charge des victimes et témoins, en agissant sur l’accueil de la première parole et sur la sensibilisation de publics ciblés. Il comprend le déploiement de formations pour les réseaux et associations étudiantes et pour les personnels d’accueil en scolarité et en bibliothèque, qui sont souvent les premières personnes réceptrices de témoignages et ne savent pas toujours comment agir face à cela.

Enfin, un « jeu sérieux » destiné à la sensibilisation des étudiantes et étudiants va être proposé à compter du printemps 2022. Cette ressource en ligne permettra aux étudiantes et étudiants de se familiariser avec la notion de violences sexistes et sexuelles, d’acquérir des notions juridiques et d’identifier les contacts locaux, universitaires
ou non.

« Ces actions s’inscrivent dans le plan d’action pour l’égalité professionnel respectif de chaque établissement. Elles ont pour objectif de mieux identifier et traiter les situations de souffrance liées aux violences sexistes et sexuelles, de renforcer le pouvoir
d’agir de nos personnels, de faire connaître la marche à suivre pour orienter tout type de victime et de favoriser la connaissance des recours possibles aussi bien auprès des personnels qu’auprès des victimes potentielles. »
Isabelle Kraus, vice-présidente Égalité, parité, diversité de l’Université de Strasbourg.

 

« L’INSA Strasbourg a depuis quelques années mis en œuvre des actions d’information et de sensibilisation, que ce soit pour les personnels au travers du plan d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, pour les apprenants en accompagnant le Bureau des élèves sur leurs amphis Harcellement/consentement de début d’année ou au travers de la formation « personne de confiance – prévention des VSS au cours des événements festifs » [1]L’INSA Strasbourg est en train de finaliser sa procédure de prise en charge des situations de VSS et les outils de signalements qui l’accompagnent. »

Nathalie Gartiser, directeur de la stratégie et de l’amélioration à l’INSA Strasbourg.

Le projet a été présenté par les trois établissements strasbourgeois rattachés au ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation, (Université de Strasbourg, BNU et INSA Strasbourg). Ces derniers font partie du contrat de site Alsace, au sein duquel les établissements collaborent à la question des violences sexistes et sexuelles depuis plusieurs années. Le projet est en collaboration avec l’association étudiante, l’AFGES, impliquée sur ces questions et l’association SOS aide aux habitants France Victime 67 qui est agréée par le ministère de la Justice et conventionnée avec l’Université de Strasbourg au nom des établissement associés du site.

Pour contacter la cellule d’écoute de l’INSA Strasbourg : signalement@insa-strasbourg.fr

Lire le communiqué de presse du 10 décembre 2021 en entier

[1] réalisée par l’association SOS aide aux habitants – France victime 67, à destination des responsables associatifs et étudiants élus.

Sur le même thème

Récemment publiés

3 tuiles des 3 dernières ressources publiées en cours de recherche...