Mourad Boukhalfa : « Le modèle INSA fait plus que jamais sens »

À l'occasion de sa prise de fonction, Mourad Boukhalfa, président du Groupe INSA depuis le 22 novembre 2023, détaille sa stratégie pour le Groupe INSA, bâtie dans la continuité du mandat de Bertrand Raquet, autour de quatre axes forts.

Par Laurent Tsang-Tung le 19 janvier 2024

lecture 7 min.21 vues

Communication – groupe INSA

Vous venez de prendre la présidence après un mandat qui a permis au groupe, sous l’impulsion de Bertrand Raquet, d’instruire des chantiers d’envergure. Que retenez-vous de la précédente mandature ?

Durant ses quatre années de présidence, Bertrand Raquet a mené un travail d’ampleur pour permettre au Groupe INSA d’instruire des chantiers structurants, indispensables pour nos institutions, nos communautés et nos écosystèmes. Son implication, sa vision stratégique et son sens du collectif nous ont permis non seulement de consolider notre modèle mais aussi de lui donner plus d’assise. Je me fais porte-parole de mes confrères directeurs lorsque je rends hommage au travail de Bertrand : nos écoles lui doivent beaucoup. Nous avons avancé vite, avons entamé des transformations profondes, que ce soit pour nos formations ou pour notre structuration de la recherche.

Nos services communs ont poursuivi leur développement. C’est notamment le cas d’OpenINSA, qui incarne le dynamisme de notre collectif et sa force d’anticipation, ou de notre Fondation, qui a pu développer de nouveaux ponts entre entreprises mécènes et nos écoles. L’intégration à ECIU University est également un des marqueurs importants de cette mandature qui a vu le Groupe INSA dans son ensemble faire partie de cette alliance européenne.

Nos institutions peuvent parfois faire preuve d’inertie qui peut paraître toutefois légitime. Nous avons prouvé, je crois, que nous pouvions également engager des transformations profondes en un temps relativement court, à l’échelle de nos établissements. Pour cela, nous remercions Bertrand Raquet d’avoir su embarquer le collectif dans ce qui tenait lieu de véritable pari.

Désormais, les chantiers sont entrés ou vont entrer en phase opérationnelle. C’est par exemple le cas d’Horizon INSA. Quels sont pour vous les enjeux, à court et moyen termes, pour le Groupe ?

Aujourd’hui, il est vrai, l’heure est à la phase de mise en œuvre pour plusieurs projets. Cette phase n’est pas la plus aisée, car elle se confronte à certains principes de réalité, avec lesquels nous devons conjuguer. L’enjeu du mandat que j’entame est celui-ci : faire en sorte que les chantiers se concrétisent et que nous soyons assez agiles pour les adapter aux nouveaux besoins et contraintes.

Horizon INSA, programme d’ouverture sociale et territoriale des INSA instruit par l’Institut Gaston Berger Groupe ou INSA2025 porté par OpenINSA service d’innovation pédagogique au bénéfice des apprenants de nos INSA et des personnels, ou bien encore ClimatSup sont à des stades de maturité de plus en plus grands et commencent à s’instancier dans les INSA. Les exemples sont nombreux, et je me réjouis déjà des premiers résultats !

Les différents Appels à projets nationaux (AAP) nous ont vraiment mis le pied à l’étrier, permis d’accélérer nos transformations. Demain, nous devrons consolider ces financements, pour poursuivre ces missions d’intérêt général qui sont au cœur de notre stratégie. Je m’y emploierai.

Votre mandat s’inscrit dans la continuité avec la volonté de consolider l’existant. Quels sont les axes stratégiques retenus ?

Les conclusions du travail mené dans le cadre de notre démarche prospective offrent pour le Groupe un excellent cadre, cadre qui constitue l’ossature de mon mandat. Quatre axes stratégiques vont guider le développement du Groupe INSA au cours des prochaines années.

Tout d’abord, nous devons continuer de cultiver notre modèle, un modèle qui conjugue excellence académique et responsabilité sociale. HorizonINSA, qui fait l’objet actuellement d’un dépôt de dossier dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt “Compétences et métiers d’avenir”, que nous espérons fructueux, doit nous aider en cela. Ce programme devrait nous permettre d’identifier des lycéens à fort potentiel encore non révélé, pour les accompagner à devenir ingénieur INSA, de la candidature à l’insertion professionnelle, grâce à un dispositif inédit et ambitieux. Le déploiement de ce programme se fera sur 2024/2025.

Ensuite, il nous faut valoriser le potentiel scientifique du Groupe pour une recherche et une formation au service du bien commun, à travers de nombreux projets. L’un des principaux défis pour le Groupe est l’intégration pleine et partagée des enjeux climat-énergie dans nos formations, en cours suite au projet ClimatSup réalisé avec le think tank The Shift Project. Du point de vue de la recherche, après un important travail de cartographie du potentiel scientifique des 57 laboratoires de recherche du Groupe INSA autour de cinq enjeux sociétaux, c’est au tour des OpenLabs, nouveau format de collaboration scientifique entre chercheurs des INSA, de se déployer, avec une première édition mise en œuvre au printemps 2023.

Nous avons également la volonté d’inscrire résolument le Groupe INSA dans l’enseignement supérieur européen et international. En poursuivant et renforçant notre implication au sein d’ECIU University, alliance européenne bâtie autour de l’ODD (Objectif de développement durable) 11 “Villes et communautés durables”, par des collaborations en matière de recherche, de formation ou d’entrepreneuriat. Nous réfléchissons par ailleurs à une réimplantation au Maroc, qui pourrait voir le jour en 2025.

Enfin, et parce que le Groupe doit renforcer ses capacités d’action et d’influence dans son écosystème et au-delà, nous souhaitons doter le Groupe d’un nouveau statut juridique plus adapté à ses ambitions, autour d’un Groupement d’intérêt public.

Dans un contexte instable et mouvant, où nos institutions doivent sans cesse questionner leur modèle, quelles sont pour vous les principales forces du Groupe INSA ?

Le modèle INSA bénéficie d’une histoire certes jeune, mais puissante et sincère. Depuis la création de l’INSA Lyon en 1957, le Groupe INSA est le premier formateur d’ingénieurs, d’architectes et de paysagistes en France. Il est essentiel de nous rappeler sans cesse ce qui a guidé la création du premier INSA, à Lyon en 1957. Gaston Berger et le recteur Capelle souhaitaient offrir à des jeunes non parisiens et non issus des classes sociales favorisées l’opportunité d’accéder aux métiers d’ingénieurs. Ce modèle fait plus que jamais sens et c’est pour cela que nous avons à cœur d’instruire le chantier Horizon INSA.

Outre son modèle, le Groupe INSA tient également sa force de sa marque, connue et reconnue tant auprès des familles que dans les écosystèmes de formation, de recherche, et industriels. Rigueur scientifique, excellence académique et capacités à passer des sciences fondamentales aux sciences appliquées sont nos atouts en plus d’une remarquable adaptabilité inter-culturelle de ses apprenants. Nous devons les cultiver, plus que jamais.

Enfin, le Groupe INSA est un collectif. 22 000 étudiantes et étudiants, 1 300 doctorants, 3 700 personnels, 100 000 alumni qui, chaque jour, donnent corps à notre modèle. Je mesure la chance de présider un Groupe doté d’un tel esprit.

Sur le même thème

Récemment publiés

3 tuiles des 3 dernières ressources publiées en cours de recherche...